Nous utilisons des cookies pour améliorer votre navigation sur notre site. En continuant votre visite vous acceptez l'utilisation de ceux-ci.

Et la nuit sera calme
6 octobre > 7 octobre

Et la nuit sera calme

de Kevin Keiss, mise en scène Amélie Enon

de Kevin Keiss
inspiré des Brigands de Friedrich Schiller
Mise en scène Amélie Enon

[ France]

Galerie

Et la nuit sera calme
Jeudi 6 octobre 2011 / 19:15 Vendredi 7 octobre 2011 / 20:30 Tarifs : tarif unique 2 € Durée : 2h30 sans entracte

Présentation

Dans le cadre du Festival Open - création jeunesse - du 6 au 28 octobre 2011
Création d l'École Supérieure d’Art Dramatique du Théâtre National de Strasbourg

C’est dans le cadre de leur apprentissage dans les sections de mise en scène et de dramaturgie du Théâtre National de Strasbourg qu’Amélie Enon et Kevin Keiss ont créé Et la nuit sera calme avec leurs camarades de la section jeu. Faisant des Brigands de Schiller la matrice d’une interrogation sur la révolte d’une jeunesse qui souhaite s’affranchir des carcans du pouvoir établi, la mise en scène situe la rébellion de ses protagonistes “en un temps de paix perpétuelle”. Accusé par son propre frère de crimes qu’il n’a pas commis Franz, aussitôt exclu du domicile familial, décide de fuir et devient presque malgré lui le chef de file d’un groupe de jeunes insurgés. C’est à l’orée d’une civilisation trop policée, dans l’espace initiatique de la forêt que de nombreuses personnes vont se joindre à eux, insufflant l’espoir d’une liberté et d’une justice en adéquation avec leurs idéaux tout en dénaturant les enjeux premiers de leur révolte. Se pose alors la question de la transformation de soi comme épreuve permettant, parfois jusqu’au sacrifice de leurs vies, de changer le monde.

Biographie

L’École supérieure d’art dramatique du Théâtre National de Strasbourg

L’École supérieure d’art dramatique du Théâtre National de Strasbourg est une école nationale de formation professionnelle sous la tutelle du ministère de la Culture et de la Communication. 
Depuis sa création en 1954 par Michel Saint-Denis, la particularité de l’École est double : son existence est indissociable de celle du théâtre, dont elle a toujours partagé les locaux et l’infrastructure ; sa logique pédagogique est celle de l’interdisciplinarité : elle forme au sein d’une même promotion d’élèves (ou « groupe ») des comédiens, des régisseurs, des scénographes-costumiers, des metteurs en scène, des dramaturges.

« Le Théâtre National de Strasbourg porte en lui une singularité inaliénable : il est le seul théâtre national à porter en son sein une école de théâtre. C'est un atout, une chance qu'il faut porter haut et fort. Il y a une synergie, une dynamique entre les activités du théâtre et celles de l'École à affirmer et à développer : l'invention des programmes du théâtre et de l'École doit les rendre consanguins.
L'École doit être apte à mener de front un travail lié à la tradition, la technique, mais doit aussi savoir regarder l'état de la création contemporaine, la métamorphose des outils, pour former des jeunes artistes prêts à construire le théâtre de demain.
Dans le cadre du nouveau projet du TNS, l'équipe d'artistes associés (acteurs, metteurs en scène, auteurs) participe à la maquette pédagogique ; elle est l'un des moteurs de la formation. Former de jeunes artistes c'est construire l'avenir du théâtre public en France ; il est donc important de les inscrire dans l'histoire du théâtre en marche et plus particulièrement dans l'invention de la décentralisation. Le TNS est porteur de cette histoire et doit transmettre ce qui est dans son ADN : aller à la rencontre de nouveaux publics, prolonger cette belle histoire et la réinventer. »
Stanislas Nordey

Distribution / Production

Mise en scène Amélie Enon
Écriture et dramaturgie Kevin Keiss
Scénographie Maxime Kurvers
Costumes Maxime Kurvers, Marie Koch
Lumières Manon Lauriol
Son Vassili Bertrand
Régie générale, plateau Azéline Cornut
Travail du clown Julien Geffroy, Vincent Rouche, Anne Cornu
Avec Mexianu Médénou, Julien Geffroy, Hugo Eymard, Alexandre M., Selin Altiparmak, Malvina Morisseau, Chloé Chaudoye, Vassili Bertrand, Maxime Kurvers.