Nous utilisons des cookies pour améliorer votre navigation sur notre site. En continuant votre visite vous acceptez l'utilisation de ceux-ci.

13 avril Billetterie

COMPAGNIES EN RÉSIDENCE À LA VIGNETTE

Galerie

COMPAGNIES EN RÉSIDENCE À LA VIGNETTE

Présentation

DURANT LA SAISON 2017-2018 LE THÉATRE LA VIGNETTE coproduit et accueille EN RÉSIDENCE :

> Paulo Duarte Cie Mecanika
Le projet NOVO dans sa globalité porte un regard amusé, tragique et contemplatif sur la ville et les êtres qui l’habitent. Ce projet multiforme examine le rapport entre la banale mais vertigineusement complexe réalité matérielle de la ville et l’absolue singularité des situations humaines les plus simples. Le projet pose la question mille fois abordée de la représentation de la ville en opérant un grand écart dans les registres employés. D’un point de vue plastique, le projet tente dans chacune de cesversions (plastique/scénique/workshop) de restituer les puissantes sensations provoquées par la ville et de rendre compte des infinies superpositions de techniques et de matériaux qui la constituent. Pour la résidence à La Vignette, la compagnie développera la forme scénique du projet qui s’intitule NOVO - la nuit .
Un workshop est aussi proposé.
www.mecanika.net

> Cie Moukden-Théâtre
Depuis plus d’une dizaine d’années, la compagnie travaille à partir d’un matériau brut documentaire. Ce matériau documentaire contemporain est souvent confronté à d’autres textes qui viennent du passé (pièces de théâtre, romans, mais aussi chroniques, documents historiques). Par cette confrontation entre plusieurs blocs de temps, elle saisit le présent en le distanciant. Ainsi textes passés et paroles du présent s’éclairent mutuellement.
La compagnie ne cherche pas à les superposer, à illustrer l’un par l’autre, à actualiser les classiques, mais au contraire, par le jeu de différences et de ressemblances qui s’opère entre eux, à produire des images dialectiques.En résidence à La Vignette, dans le cadre du spectacle From the ground to the cloud, la compagnie pourra continuer à expérimenter sa méthode.
« Les montages sont construits comme des puzzles. Être historien, nous dit Georges Didi-Huberman, c’est démonter et remonter le temps, pour saisir au moment du danger, comme une étincelle,
le souvenir de ce qui sauve. Voilà pourquoi dans les différents spectacles, nous nous tournons vers l’Histoire : s’intéresser au présent, c’est d’abord en faire son
archéologie. »
Olivier Coulon Jablonka,
metteur en scène de la compagnie