Nous utilisons des cookies pour améliorer votre navigation sur notre site. En continuant votre visite vous acceptez l'utilisation de ceux-ci.

28 novembre > 29 novembre Billetterie

IL CIELO NON È UN FONDALE

Texte et mise en scène DARIA DEFLORIAN et ANTONIO TAGLIARINI

[ ITALIE]

Galerie

IL CIELO NON È UN FONDALE

Vidéos

Autour du spectacle

BORD DE SCÈNE
MA 28.11
avec l'équipe artistique à l'issue de la représentation, rencontre animée par Arianna de Sanctis, enseignante-chercheuse en études théâtrales à l'Université Paul-Valéry Montpellier 3.

/ ARTICLE SUR LE "THÉÂTRE ITALIEN"
dans FOCUS journal de la Vignette
>> lien vers le blog
>> lecteur en ligne

Mardi 28 novembre 2017 / 20:00 Mercredi 29 novembre 2017 / 19:15 Tarifs : TP 15 € - TR 10€ - Carte LPV 2€ - Yoot (Pass'culture) 5€ Durée : 1h30 Spectacle en italien, surtitré en français

Présentation

NOUS VIVONS EN VILLE, NOUS FRÉQUENTONS LES VILLES. NOUS LES AIMONS, NOUS LES DÉNIGRONS, NOUS LES ABANDONNONS, PUIS NOUS Y RETOURNONS.
JUSQU’À NE PLUS LES REGARDER, À LES FRÉQUENTER SANS VRAIMENT LES VOIR.
DARIA DEFLORIAN

Quelqu’un se trouve dehors, sous la pluie. Quelques-uns et quelques-unes se trouvent dedans, près du radiateur. À l’intérieur, on raconte des rencontres avec l’extérieur. On remplit l’espace vide de présences et de mots. On veut être vus et entendus, faire voir et entendre. Au détour d’une anecdote qu’on relate, par le truchement d’une figure qu’on convoque, on joue de l’écart entre réalisme et abstraction pour interroger le rapport entre le dedans, celui du théâtre, de soi, et le dehors, celui de la ville, de l’autre. Après s’être penchés sur la vieillesse dans leurs deux dernières pièces, les auteurs-metteurs en scène et acteurs italiens Antonio Tagliarini et Daria Deflorian, toujours attachés au questionnement autour du réel et de sa représentation théâtrale, s’intéressent à la jeunesse avec Il cielo non è un fondale (Le ciel n’est pas une toile de fond). Guidés par les travaux de l’urbaniste Nicolò Bassetti et de l’auteure Annie Ernaux ainsi que par des matériaux accumulés, ils ont enquêté sur les rapports que l’homme entretient avec ses périphéries notamment sociales et environnementales.
De ce travail, ils mettent en scène, et surtout en partage, non pas des conclusions mais des réflexions.

Biographie

DEFLORIAN/ TAGLIARINI
Daria Deflorian et Antonio Tagliarini partagent avec une poignée d’artistes italiens de la scène indépendante des projets collectifs et une tournure d’esprit frondeuse qui n’attend pas la poussée des vents dominants. Ensemble, ils créent une série de projets dont ils sont à la fois auteurs et performeurs. Provenant du monde de la performance, ils recherchent d’autres modes de représentation et explorent des formes alternatives d’alliance entre la scène et le public.
Leur collaboration artistique s’amorce en 2008 autour du spectacle Rewind, en hommage au mythique Café Müller de Pina Bausch, créé au Festival Short Theatre de Rome et présenté dans plusieurs festivals italiens et européens (Festival Vie/Modène, Festival Prospettive/Turin, Festival Autunno Italiano/Berlin, Espagne et Portugal).
Auteurs, acteurs et metteurs en scène, le tandem valorise des processus entre enquête et recherche théâtrale. Ils créent From A to D and Back Again (2009) inspiré d’Andy Warhol.
En 2010, ils découvrent l’inventaire de la vie intime de la Polonaise Janina Turek, point d’impulsion du Progetto Reality dont sont issus Czeczy/cose (2011) une installation/performance présentée au Festival Short Theatre de Rome et Reality spectacle présenté en avant-première à Rome est créé au Festival Inequilibrio de Castiglioncello en 2012. À l’automne 2012, ils sont invités par le Teatro di Roma pour intégrer le projet Perdutamente dans lequel ils créent Ce ne andiamo per non darvi altre preoccupazioni, (décembre 2012). Cette création constitue la première étude du spectacle qui a débuté au Festival Romaeuropa en novembre 2013 et dans lequel, avec les deux auteurs sur scène, on retrouve Monica Piseddu et Valentino Villa. Leur dernier processus de travail les a mené, à l’automne 2016, à la création de Il cielo non è un fondale.

Distribution / Production

Texte et mise en scène Daria Deflorian et Antonio Tagliarini
Avec Francesco Alberici, Daria Deflorian, Monica Demuru et Antonio Tagliarini
Collaboration au projet Francesco Alberici et Monica Demuru
Texte sur Jack London Attilio Scarpellini
Assistant à la mise en scène Davide Grillo
Lumières Gianni Staropoli avec la collaboration de Giulia Pastore
Costumes Metella Raboni
Construction du décor Atelier du Théâtre Vidy Lausanne (Suisse)
Traduction des surtitrages Federica Martucci
Direction technique Giulia Pastore
Accompagnement et diffusion internationale Francesca Corona

Production Sardegna Teatro, Fondazione Teatro Metastasio di Prato, Emilia Romagna Teatro Fondazione
Coproduction A.D., Odéon - Théâtre de l’Europe, Festival d’Automne à Paris, Romaeuropa Festival (Italie), Théâtre Vidy-Lausanne (Suisse), Sao Luiz - Teatro Municipal de Lisboa (Portugal), Festival Terres de Paroles, Théâtre Garonne - scène européenne - Toulouse
Avec le soutien de Teatro di Roma (Italie) en collaboration avec Laboratori Permanenti / Residenza Sansepolcro, Carrozzerie NOT/ Residenza Produttiva Roma, Fivizzano 27/ nuova script ass.cult. Roma