Nous utilisons des cookies pour améliorer votre navigation sur notre site. En continuant votre visite vous acceptez l'utilisation de ceux-ci.

15 novembre > 16 novembre Création Billetterie

TITRE PROVISOIRE

Texte et mise en scène CHRYSTÈLE KHODR et WAËL ALI

[ LIBAN/SYRIE]

Galerie

TITRE PROVISOIRE

Vidéos

Autour du spectacle

/ RENCONTRE DU LENDEMAIN
ME 15 nov.
/ Rencontre-débat à l’issue du spectacle avec les artistes et la Cimade de Montpellier
au bar du théâtre / entrée libre

JE 16 nov. à 10h15/ rencontre du lendemain
avec Isabelle Felici, professeur, spécialiste en littératures et cinéma de l’exil et des migrations au département d’italien, centre de recherche LLACS et Arianna de Sanctis, docteur en études théâtrales au département Cinéma & Théâtre Université Paul-Valéry Montpellier 3.
au théâtre / entrée libre

/ EN PARTENARIAT AVEC MIGRANT’SCÈNE 2017
FESTIVAL DE LA CIMADE
Un festival dans plus de 50 villes en France métropolitaine et Outre-Mer.
Trois semaines d’événements, d’échanges, de rencontres et de fêtes à partir de la mi-novembre.
www.festivalmigrantscene.org

/ EN SAVOIR +
lire FOCUS journal de la Vignette
>> lien vers le blog
>> lecteur en ligne

Partenaires

  • la cimade
Mercredi 15 novembre 2017 / 20:00 Jeudi 16 novembre 2017 / 19:15 Tarifs : TP 15 € - TR 10€ - Carte LPV 2€ - Yoot (Pass'culture) 5€ Durée : 1h Spectacle en français et arabe, surtitré en français

Présentation

LES TRACES QUE NOUS AVONS TROUVÉES, ET DANS LA LIMITE DE NOTRE HISTOIRE, NOUS SEMBLENT RÉSISTER A DEUX CHOSES EN MÊME TEMPS: ÊTRE UNE MATIÈRE DU THÉÂTRE, ET ÊTRE UNE MATIÈRE D’HISTOIRE ÉGALEMENT.
CHRYSTÈLE KHODR ET WAËL ALI

Tout commence avec la découverte d’une cassette audio datant de 1976 parmi d’autres objets abandonnés dans une ancienne maison familiale à Beyrouth. On y entend d’abord la voix d’un homme. S’ajouteront celles de son épouse et de deux fils. La famille, récemment installée en Suède, adresse ce message à ceux qui sont restés aux pays durant la guerre civile de 1976. Avant eux, le grand-père enfant avait quitté Edesse pour Alep puis, cette fois avec ses enfants, Alep pour Beyrouth. Chassé, chaque fois, par des bouleversements civils et militaires. Cette famille est celle de Chrystèle Khodr qui, avec Waël Ali, retrace à partir de cet objet une histoire personnelle inscrite dans la grande Histoire des parcours de migration. Tout en s’appuyant sur celui-ci, Titre Provisoire dépasse donc le seul cadre généalogique. Entre temps vivant de la représentation et temps enregistré des archives, deux artistes s’y échangent rôles, identités et histoires. S’ouvre un espace de circulation où le passé invite à penser le présent.

Biographie

CHRYSTÈLE KHODR
Auteure et metteure en scène, née à Beyrouth, Chrystèle Khodr est comédienne, auteure et collaboratrice artistique de la Cie Zoukak. Elle obtient son diplôme d’arts scéniques de l’Institut des Beaux-Arts de Beyrouth et poursuit une formation de théâtre du mouvement à l’École Internationale de Théâtre LASSAAD à Bruxelles – pédagogie Jacques Lecoq. Elle co-créé le duo Bayt Byout en 2009 qui a été présenté dans divers lieux et festivals entre Beyrouth, Bruxelles et Alexandrie. Un an plus tard, elle écrit et joue son premier solo 2007 ou comment j’ai écrasé mes enveloppes à bulles qu’elle joue à Bruxelles, Beyrouth et dans plusieurs villes du Liban. En 2012 elle écrit et met en scène son deuxième solo Beyrouth Sépia qui sera présenté dans plusieurs festivals internationaux dont Minassa – Plateforme du Théâtre Arabe Contemporain et Sens Interdits à Lyon. Dans le cadre de son travail avec Zoukak, elle a joué dans les créations collectives suivantes : Lui qui a tout vu (2014), La mort vient par les yeux (2014) et The Battle Scene (2015). Ces trois créations ont été présentées dans des festivals en Allemagne, au Liban, en Inde, au Rwanda et en Norvège. Dans le cadre du projet de collaboration entre la Royal Court et le British Council New Writing for Theater, elle écrit la pièce Manuel des petites guerres. Elle a fait partie de l’équipe dramaturgique du Sundance Mena Lab qui a eu lieu en mai 2016 à Marrakech. Depuis 2008 Chrystèle dirige des ateliers de théâtre et des interventions sociales avec différents publics à travers le Liban.

WAËL ALI
Auteur et metteur en scène, Waël Ali est né en Syrie en 1979. Il obtient en 2004 son diplôme de l’Institut supérieurs des arts de la scène de Damas puis son Master en Arts du spectacle de l’Université Lumière Lyon II où il rédige actuellement sa thèse de doctorat. Entre 2003 et 2006, Waël Ali travaille comme dramaturge et intervenant dans le cadre du projet du théâtre interactif en Syrie où il codirige et anime des formations dans plusieurs provinces syriennes. Pendant cette même période il travaille à Damas (Syrie) comme dramaturge avec le collectif Studio Théâtre, notamment sur le spectacle L’Affiche. En 2014, il créé la pièce Je ne m’en souviens plus qui a été présenté dans plusieurs festivals et lieux au Liban, en Europe et à Marseille aux Rencontres à l’échelle en 2016. Waël Ali travaille sur une création avec Francis Guinle basée sur l’épopée populaire Sïrat Baybars sous le titre Baybars, de l’imaginaire des villes, qui a été lue au théâtre l’Échangeur à Paris en janvier 2016. Depuis 2010, Waël Ali écrit plusieurs textes pour le théâtre et participe à des projets artistiques interdisciplinaires.

Distribution / Production

Conception et texte Chrystèle Khodr et Waël Ali
Mise en scène Waël Ali
Avec Hassan Al Balkhi, Waël Ali, Chrystèle Khodr, Khaled Yassine
Scénographie Bissane Al Charif
Musique Khaled Yassine
Lumière Hassan Al Balkhi
Vidéo Toni Geitani

Production déléguée Festival Sens Interdits
Coproduction Zoukak Theater Company & Cultural Association (Liban), Institut Français de Beyrouth (Liban), Les Subsistances laboratoire international de création artistique (Lyon), Festival Les Rencontres à l’échelle, Les Bancs Publics (Marseille)
Accueil en coréalisation avec Les Subsistances - laboratoire international de création artistique
Avec le soutien de la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes, de Mophradat, de l’AFAC (The Arab Fund for Arts et Culture), Ettijahat et le Goethe-Institut du Liban et de l’Institut Français à Beyrouth, l’Office National de Diffusion Artistique, le Tandem Scène Nationale (Douai) / Accueil en résidence Théâtre des Asphodèles