Nous utilisons des cookies pour améliorer votre navigation sur notre site. En continuant votre visite vous acceptez l'utilisation de ceux-ci.

28 mai > 29 mai Création Billetterie

Mεταξύ / ASSEMBLÉE GÉNÉRALE POUR LES BESOINS DE L’ÂME !

ATELIER PRATIQUE 'LA TRAVERSÉE' DU THÉÂTRE LA VIGNETTE

► Dans le cadre de Novo! festival de la création étudiante 2019 - www.novofestival.fr

Galerie

Mεταξύ / ASSEMBLÉE GÉNÉRALE POUR LES BESOINS DE L’ÂME !

Autour du spectacle

► À L’ISSUE DE LA REPRÉSENTATION DU 29 MAI / SOIRÉE DE CLÔTURE DU FESTIVAL AVEC DJ RADIO PIÑATA

Mardi 28 mai 2019 / 19:15 Mercredi 29 mai 2019 / 19:15 Tarifs : Tarif unique 5€ / YOOT 5€ / LPV 2€ / GRATUIT AVEC LE PASS’NOVO Durée : 3h avec entracte

Présentation

► Dans le cadre de Novo! festival de la création étudiante 2019 - www.novofestival.fr

ATELIER LA TRAVERSÉE DU THÉÂTRE LA VIGNETTE

Mεταξύ / ASSEMBLÉE GÉNÉRALE POUR LES BESOINS DE L’ÂME !
ACTE I : LE MONDE EST AINSI POUR NOUS COMME UN COMPAGNON DE TRAVAIL
D’après l’oeuvre philosophique de Simone Weil (pas la ministre, l’autre !).
Attention,
ce spectacle comporte quelques traces de B. Brecht, A. Detoeuf et Pierre Gattaz

Conception, mise en scène et direction de l’atelier : Virgile Simon et Antoine Wellens de la Compagnie Primesautier Théâtre et  Florian Onnéin de la troupe permanente des 13 vents
Assistanat à la mise en scène : Clara Camille Greth

Nous sommes des gens raisonnables, comme il semble certain qu’il convient de l’être à ceux qui s’occupent des grandes affaires de ce monde. Mais si l’ordre de l’univers est un ordre sage, il doit y avoir quelquefois des moments où, du point de vue de la raison terrestre, la folie d’amour seule est raisonnable. Ces moments ne peuvent être que ceux où, comme aujourd’hui, l’humanité est devenue folle à force de manquer d’amour. Est-il sûr qu’aujourd’hui la folie d’amour ne soit pas susceptible de fournir aux foules malheureuses, dont le corps et l’âme ont faim, une nourriture bien plus facile à digérer pour elles que des inspirations d’une source moins élevée ? C’est à ce genre de questions que cette assemblée générale pour les besoins de l’âme se confrontera, car le monde s’offre à nous comme un compagnon de travail. Alors il nous faudra tout jouer, tout vivre, comme ”les deux pôles entre lesquels
un fragile équilibre serait pensable, un jeu précaire qui est celui de l’être en relation proprement dit, ni en soi, ni en l’autre, mais dans l’espace intermédiaire d’une rencontre à expérimenter, dans l’instabilité. Un être en relation instable, qui ouvrirait l’espace de la pensée”.


Avec les participants de l’atelier La traversée : Baudouin Oksana, Bescos Juan, Borgna Roxane, Delmas
Mélanie, Delon Stefan, Do Thi Khue Day, Gonzalez Daniel, Guay Kelly, Jourdain Damien, Le Lidec Isabelle, Lezcano Mélissa, Maamoouche Ghislaine, Marques Dos Santos Martin, Masudy Niyousha, Nicolas Thibaut, Prange Basil, Pratlong Colette, Puche Julien, Raynaud Mathilde, Renouard Charlotte, Rios François, Sastourné Claire, Spiteri Aziza, Susini Audrey, Tiazhkorob Anna, Vidal Miranda
Crédits image : Fabienne Augié

Tarif unique 5€ / YOOT 5€ / LPV 2€ / GRATUIT AVEC LE PASS’NOVO
- Vente en ligne www.billetterie.novofestival.fr

► À L’ISSUE DE LA REPRÉSENTATION DU 29 MAI / SOIRÉE DE CLÔTURE DU FESTIVAL AVEC DJ RADIO PIÑATA

Biographie

Le Primesautier Théâtre

« Penser n’est pas sortir de la caverne, ni remplacer l’incertitude des ombres par les contours tranchés des choses mêmes, la lueur vacillante d’une flamme par la lumière du vrai Soleil. C’est entrer dans le Labyrinthe, ou plus exactement faire être et apparaître un Labyrinthe. (…) C’est se perdre dans des galeries qui n’existent que parce que nous les creusons inlassablement, tourner en rond au fond d’un cul-de-sac dont l’accès s’est refermé derrière nos pas, jusqu’à ce que cette rotation ouvre, inexplicablement, des fissures praticables dans la paroi. » 
Cornelius Castoriadis, Les Carrefours du labyrinthe, éd. Seuil-Esprit, 1978.

Implanté à Montpellier et développé par Antoine Wellens (Auteur-Metteur en scène) et Virgile Simon (Acteur-Metteur en scène), le Primesautier Théâtre s’est constitué au département Arts du Spectacle de l’Université de Montpellier III. Ses pièces proposent une approche réflexive, expérimentale et souvent documentaire de la création où se partage tout autant la fabrication à vue de la fiction théâtrale que l’explication littérale des problématiques abordées.

Le Primesautier Théâtre déploie sur le plateau un théâtre reposant  sur la construction d’une pensée collective mise en jeu par la spontanéité et les liens sociaux qu’entretiennent les acteurs entre eux. Il crée dans la simplicité de situations théâtrales et de conversations, une « esthétique de l’existence » favorable à une observation de nos manières d’appréhender le monde et d’exister en son sein.

Saisir la logique de nos comportements est pour le Primesautier Théâtre une question esthétique, poétique et surtout une question nécessaire de compréhension de notre environnement social et politique. Chaque création est ainsi l’occasion de faire exister un « labyrinthe » théâtral dédié au déploiement et à l’exploration de la pensée. Que ce soit par le prisme des Sciences (La vie de Galilée), de la Sociologie (Richard Hoggart) ou de la Philosophie (Simone Weil), la Compagnie s’empare des enjeux, des problématiques et des préoccupations contemporaines en les explorant par l’art théâtral durant des cycles de travail thématiques s’étirant sur plusieurs années.

Au cœur même de ces cycles, la Compagnie travaille à établir une relation privilégiée avec les publics. Elle construit sa dynamique de travail et ses choix esthétiques selon un processus théâtral global. Elle envisage l’acte de création comme un ensemble cohérent d’actions culturelles et artistiques autour d’une même recherche et favorise un va-et-vient entre projets en direction d’amateurs et créations professionnelles pour faire du public un véritable partenaire de travail. Elle crée alors, avec lui, un système d’enrichissement mutuel et culturel, et ouvre de belles perspectives pédagogiques, artistiques et humaines, car, nous dit ici Bertolt Brecht :

1°« Oui, c’est écrit dans les livres mais allons maintenant voir par nous-mêmes »,
2°« Penser est le plus grand divertissement de l’espèce humaine »,
3°« L’art théâtral contribue au plus grand de tous les arts : l’Art de vivre ! ».

Trois hypothèses de travail fondamentales que le Primesautier théâtre continue d’interroger dans le temps avec les publics.

www.primesautiertheatre.org